La recette d’un échouage réussi

bateau échoué

1) Échouage involontaire :

 

Souvent fort désagréable, l’échouage involontaire est à proscrire (ça fait mal au bateau, et les équipiers apprécient rarement). Pour éviter l’échouage involontaire, on prend en compte l’environnement : Carte, Marée.

Si l’on est échoué en raison d’une marée mal calculée, bonne nouvelle ! La marée finira bien par remonter et le bateau flottera à nouveau : Prenez votre mal en patience.
Si l’on est échoué à marée haute, c’est plus embêtant : pensez à faire un don à la SNSM.

 

2) Échouage volontaire :

 

L’échouage volontaire est régulièrement pratiqué sur la zone atlantique, il permet de se rendre à pied du bateau à terre.
C’est un moyen de mouiller dans des zones peu accessibles, et de découvrir des endroits reculés de nos côtes (bras de mer, plages, rivières).
Mais cela n’est possible qu’avec un bateau adapté, à un endroit adapté.

 

a) Un bateau qui peut échouer :

 

La plupart des bateaux moteurs équipé d’un Hors-bord tolèrent l’échouage, attention cependant à vous assurer que la carène le permet (structure, forme et équipement). Pensez à relever le moteur hors-bord.
Les dériveurs intégraux sont les champions de l’échouage ! conçus à cette effet, ils reposent sur un saumon (lest en fonte) et leurs safrans et sont très stables.
Certains voiliers peuvent moyennant l’utilisation de béquilles se poser sur leur quille. Les béquilles sont fixées sur des supports prévus à cette effet des deux côtés du bateau.
Les bateaux bi-quilles sont quant à eux quasiment tous échouables, stabilisés sur leurs deux quilles et leurs safrans, attention cependant aux déplacements de poids trop en avant du bateau.

 

b) Les endroits adaptés à l’échouage :

 

L’idéal est de choisir un fond sablonneux, plat dans une zone abritée du vent.
Moins romantique, la vase est aussi adaptée à l’échouage.
Proscrire les fonds rocheux, les galets et les fonds en pente.

 

3) Comment poser son bateau pour l’échouage :

 

Choisir après repérage (avant la marée basse…) une zone propice (voir ci-dessus).
Préparer le mouillage et le bateau (relevage de dérive, installation des béquilles).
On préconise le mouillage avant-arrière qui assure la stabilité du bateau pendant l’échouage).
On vient mouiller de façon « classique » le premier mouillage au plus près de la côte (et face au éléments dominants comme le vent et le courant). Puis le bateau va se poser avec la fin de marée descendante. Une fois celui-ci posé, s’assurer avant de se déplacer à l’avant que l’on est stable.
On termine la manœuvre en allant porter à pied un deuxième mouillage en arrière du bateau.

N’hésitez pas à commenter cet article en postant vos plus belles photos d’échouage !

Vous pouvez également rejoindre notre page Facebook

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


9 − = huit

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>