Les bases du réglage d’un mât

Le réglage d'un gréement dormant

Le réglage d’un mât est un point essentiel pour profiter pleinement des performances de votre voilier. Chaque bateau nécessite d’optimiser le réglage de son mât en tenant compte de différentes caractéristiques qui lui sont propre :

– Le type de gréement (en tête, fractionné, continu, discontinu, auto-porté, barres de flèches droites ou poussantes, etc,..)

– Les type de voiles (Full batten, à corne, 3DL, etc…)

– Sa structure, et donc les points d’ancrage de ce gréement (cadènes).

 

Aussi, cet article n’a pas vocation à préciser le réglage pointu et détaillé pour chaque bateau, mais plutôt de donner les bases pour un réglage cohérent, dans le bon ordre et avec les bons outils.

Le but principal du gréement dormant reste de maintenir le profil qui supportera la voilure à la verticale, c’est grâce à la compression du mât que celui-ci reste en place. Les effort de compression sont très importants, c’est pourquoi le réglage du dormant doit se faire en finesse.

 

Mais un Profil qui se contente d’être “vertical” n’est pas un profil “optimisé”, on parle  de deux caractéristiques :

– La Quête (angle formé par le profil d’avant en arrière avec la verticale du bateau)

– Le Pré-Cintre (courbe imposée au profil d’avant en arrière)

 

Les bons outils :

 

Il est important de s’équiper avec les outils adapter pour travailler dans de bonnes conditions : -Une pince multiprise pour ôter les goupilles fendues qui maintiennent les ridoirs bloqués.

– Des clés plates adaptées au terminaisons basses des câbles.

– D’une grosse clé à molette qui s’adaptera au tailles des cages ridoirs.

– Un tournevis plat pour écarter les goupilles neuves.

– Du scotch d’électricien.

– De la graisse marine en tube ou pot.

– Des goupilles adaptées.

 

Pour observer les effets du réglage sur le mât, il convient de se placer avec l’oeil en dessous de la ralingue ou du rail de Grandvoile. Et dans un deuxième temps, il est fondamental de prendre du recul, en descendant du bateau pour observer le mât à distance.

Le réglage du mât est l’occasion de nettoyer et graisser les pas de vis dans les ridoirs et il est impératif de remplacer les goupilles qui ont été ôtées par des goupilles neuves de la bonne taille.

De plus, il faudra impérativement protéger les ridoirs et embouts de rayures causées par les outils. Il est donc recommandé de masquer l’ensemble des outils en contact avec le métal du gréement à l’aide de scotch d’électricien pour éviter toute contamination.

 

Au Port :

 

– Détendre l’ensemble du gréement après avoir ôter les goupilles, en s’assurant que le pas de vis de la terminaison basse affleure dans la cage du ridoir.

– On voit alors le gréement dans sa position “naturelle”, et l’on peut observer sa “Quête”, celle ci  doit se situer entre 1 et 4° selon les gréements. Pour jouer sur la quête, on règle la longueur de l’Etai.

– Une fois la Quête réglée, on va remettre en tension les bas-haubans qui vont assurer au profil  une bonne tenue jusqu’au premier étage de barre de flèche. On s’assure d’une bonne verticalité en latéral. Attention à ne pas mettre trop de tension, ces bas-haubans seront sûrement repris pour affiner par la suite le “Pré-cintre”.

– On va ensuite remettre en tension les galhaubans pour assurer au profil une bonne tenue jusqu’en tête, avec un profil qui se doit d’être parfaitement vertical en latéral.

– C’est par ailleurs en mettant ces galhaubans en tension que l’on crée le “Pré-Cintre”, en général on estime que la corde (distance entre le creux et la verticale) du pré-cintre ne doit pas excéder la moitié du diamètre du profil.

– On pourra corriger ce pré-cintre (le redresser) en reprenant de la tension sur les bas-haubans.

– Une fois que l’on a obtenu une tension correcte, et un profil vertical latéralement. Avec un léger pré-cintre et une quête située entre 1 et 4°. Remettre en place les goupilles

 

En navigation :

 

C’est en faisant travailler le gréement sous charge que l’on apprécie le mieux lles réglages du mât.

Au près, on observe parfois le gréement sous le vent (qui ne subit aucun effort) qui est complétement lâche. Il convient alors de le remettre sous tension (même nombre de tour de l’autre côté sur l’autre amure).

Attention : trop de tension, trop de compression ou une déformation des points d’ancrage (du pont) et les portes ne ferment plus….

Vous avez obtenu un gréement réglé sur une base “saine”, mais pour optimiser vos performances, et vous assurer que cela soit fait dans les règles de l’art :

Faites appel à un professionnel, nos BoatManagers sont en mesure de vous proposer un réglage complet et efficace de votre gréement.

 

Pour en savoir plus rendez vous sur l’interface UniverSail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× 2 = quatre

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>