Sauvetage, remorquage et assistance

Des questions sur le sauvetage, le remorquage et l’assistance en mer ?

Voici quelques consignes et conseils clés de la Direction Générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer.

 

1. Le sauvetage des personnes

 

 « Le sauvetage est une action destinée à récupérer des personnes en détresse, à leur donner les soins initiaux, médicaux ou autres, et à les mettre en lieu sûr. »

Il est obligatoire et gratuit. Aucune rémunération ne peut être demandée.

 

Le CROSS, centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage maritimes est la structure à contacter en cas de sauvetage de personnes ou d’assistance de navires. Il est joignable par le canal VHF16 (depuis la mer) ou en composant un numéro disponible sur la dernière page de la plaquette complète.

 

2. L’assistance au profit de navires

Elle est facultative et peut faire l’objet d’une rémunération.

Tout capitaine se doit de porter secours à toute personne en danger. Il doit néanmoins ne pas mettre en danger ou menacer la sécurité de son navire, de son équipage ou de ses passagers.

 

3. Remorquage et assistance au navire

 

 « Le remorquage est l’action par laquelle le capitaine d’un navire remorqueur accepte, à la demande du navire remorqué, d’assurer la direction et le contrôle d’un navire qui est privé de capacité de manœuvre autonome. 

L’assistance, spontanée ou sollicitée, est l’activité ou l’acte entrepris par un navire pour assister un autre navire en danger de se perdre. »

 

Le remorquage et l’assistance sont payants.

Le CROSS a pour mission de diffuser les demandes de remorquage et d’assistance relayant ainsi la demande aux navigateurs de la zone. Les modalités de l’assistance ou du remorquage se règlent directement avec le sauveteur selon la situation. Le CROSS n’intervient pas dans la tarification de la rémunération du sauveteur.

 

Les bons réflexes à avoir en cas de difficultés en mer :

Toutes les personnes à bord doivent porter leurs brassières et il faut qu’elles soient correctement attachées.

Le CROSS doit avoir les informations suivantes :

– La position (GPS ou par rapport à des amers ou points remarquables)

– Le nom et la description du navire (couleur, type, longueur…)

– Le nombre de personne à bord et leur état de santé

– La nature de la détresse ou de l’avarie

– L’assistance demandée et mesures déjà entreprises (par exemple avoir mouillé pour limiter la dérive en cas d’avarie moteur).

 

Le CROSS doit être informé des évolutions de la situation, aggravation ou amélioration.

 

Il faut rester à l’écoute de la VHF.

 

Il ne faut pas utiliser inutilement le téléphone portable de façon à économiser les batteries.

 

4. Rapport de mer

 

Suite à un événement de mer, il est conseillé de rédiger un rapport de mer et de le faire viser auprès des Affaires maritimes. Il est indispensable pour les démarches d’assurance, d’expertise, d’actions contentieuses…

 

Télécharger la plaquette complète

 

 

 

 

 

Sources: La Direction Générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 1 = trois

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>